Home / Actualités / Electrification de la localité de Gbétagbo: Des faits et révélations qui accablent le Dg/Aberme (Le BAI de la Présidence déjà dans les locaux de l’Agence)

Electrification de la localité de Gbétagbo: Des faits et révélations qui accablent le Dg/Aberme (Le BAI de la Présidence déjà dans les locaux de l’Agence)

Les travaux d’électrification de la localité de Gbétagbo dans l’arrondissement d’Akassato, commune d’Abomey-Calavi, réalisés courant 2017, sont loin de satisfaire à toutes les attentes. Les responsables de l’Agence Béninoise d’électrification rurale et de maitrise de l’énergie (Aberme) qui en avaient la charge les ont fait réaliser avec grande légèreté, ou alors ils les ont bâclés à dessein. C’est ce qui semble, en tout cas, se dégager de l’amer constat fait sur le terrain et qui continue de susciter des grincements de dents au sein des populations locales.
En effet, plusieurs voix s’élèvent encore pour dénoncer la qualité desdits travaux et alerter sur les dangers potentiels et permanents auxquels font face les habitants de Gbétagbo. Selon nos investigations, le Directeur général de la Société béninoise d’énergie électrique (Sbee), Laurent Tossou, n’avait pas tardé à l’époque à en informer le ministre en charge de l’énergie. Dans sa correspondance en date du 24 février 2017, il faisait savoir au ministre Jean Claude Houssou que : «L’Aberme, dans son plan d’action a eu recours pour la plupart des travaux d’électrification de l’arrondissement d’Akassato aux contrats de marchés de fournitures et de travaux. Ces réseaux construits par des entreprises privées sont sujets à de fréquentes perturbations sur le réseau de distribution de l’énergie électrique desservant les populations de ladite localité qui se plaignent tout le temps. » Et au Dg Laurent Tossou de poursuivre : « Des investigations et analyses faites sur ces perturbations par les équipes techniques de la Direction régionale Sbee de l’Atlantique, il ressort que les câbles basse tension type vultylène acquis pour les projets sont de mauvaise qualité et sont sujets à des ruptures intempestives ». Face à cette situation, Il suggéra dès lors à son ministre, que « seul le remplacement desdits câbles d’alimentation basse tension par des câbles de meilleures qualités permettra de résoudre de façon définitive les ruptures intempestives et fréquentes de câbles induisant des pannes récurrentes ». Les irrégularités et autres actes graves qui entachent la mise en œuvre de ce projet d’électrification dans la zone préoccupent également les autorités locales. Le Chef d’arrondissement d’Akassato, Apollinaire Hounguè avait, lui aussi interpellé le même ministre Jean Claude Houssou sur la situation. Ceci, à travers une correspondance en date du 03 janvier 2017. « … Après la réception des travaux effectués, la population bénéficiaire n’a trouvé aucune satisfaction à cause du non fonctionnement du réseau installé » a-t-il fait constater, ajoutant, plus alarmant, que « les câbles utilisés sont de mauvaise qualité et prennent feu parfois… » Selon l’autorité locale, la situation est demeurée telle à ce jour, malgré ses démarches personnelles à l’endroit de l’Aberme. Des éléments issus des investigations rapportent qu’il y a eu au total 5 transformateurs acquis à l’époque des faits au profit de l’Aberme, dont celui installé sur le réseau à Gbétagbo qui s’est déjà explosé. L’entreprise Ebelect Sarl, en charge d’un lot des travaux effectués n’avait pas manqué non plus d’attirer l’attention de la direction générale de l’Aberme, sur le fait. Le remplacement dudit transformateur a été fait, mais pas par le fournisseur initial. C’est un autre fournisseur dont certains doutent de la crédibilité et de la qualité de ses produits qui aurait été sollicité par l’Aberme. Bref, c’est une situation bien critique qui est restée sans suite à ce jour dans le cadre de l’exécution de ce projet d’électrification à Gbétagbo dans l’arrondissement d’Akassato.

Des nominations fantaisistes à l’Aberme
Outre le dossier l’électrification à Gbétagbo, le premier responsable de cette structure serait champion dans le non-respect des décisions du conseil d’administration de l’Aberme. Des nominations fantaisistes voir illégales sont aussi dénoncées par les partenaires sociaux de la société. Le cas d’un agent contractuel de l’Etat reversé sur la base du Bepc en tant qu’opérateur de saisi et nommé par le Dg Aberme en tant que juriste dans la commission de passation des marchés, fend l’œil. D’aucuns accusent ici le Dg de « favoritisme » à l’égard de ce agent au détriment d’autres compétences maison. Selon les derrières informations, le dossier serait déjà dans les mains du Chef de l’Etat, Patrice Talon qui a déployé, il y a peu, les éléments du Bureau d’analyse et d’investigation de la présidence pour mieux comprendre les faits et situer les responsabilités. Ce genre de mode de gestion qui se révèle tristement au niveau de l’Aberme ne semble pas conforme aux exigences instaurées dans la mise en œuvre du Programme d’action du gouvernement, ni à la politique de gouvernance mise en place par le Président Patrice Talon depuis qu’il est au pouvoir. Le Président Talon, qu’on sait très attaché aux pratiques de bonne gouvernance au sein des sociétés et agences de l’Etat doit pouvoir mettre fin à ce qui se passe actuellement à l’Aberme. C’est le plus grand souhait d’un très grand nombre de travailleurs de cette agence et de nombreux observateurs.

A propos Journallindependant1

Check Also

UBA BENIN & MTN MOBILE MONEY RENFORCENT L’INCLUSION FINANCIERE

« MOMO EXPRESS », c’est le nom de la nouvelle solution conjointement proposée par la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *