Home / Culture / Arts plastiques LissangArt expose sept artistes africains à Cotonou

Arts plastiques LissangArt expose sept artistes africains à Cotonou

Jusqu’au 31 juillet prochain, l’association LissangArt présente sa première exposition d’ oeuvres d’art au Bénin avec sept artistes africains, à Best Western plus Nobila, à quelques mètres de l’aéroport international Bernardin Cardinal Gantin de Cadjèhoun à Cotonou. Parmi ces artistes, six béninois dont le plus jeune talent, Josué Amètonou, et la congolaise Louisette Bilongo.

Yannick S

Depuis ce dimanche 15 juillet 2018, près d’une trentaine d’oeuvres d’arts plastiques sont soigneusement exposées dans lune des grandes salles de l’hôtel Best Western plus Nobila à Cotonou. Toutes des tableaux, elles portent les griffes de sept artistes africains notamment une congolaise et six béninois. Ils sont, Gaëlle Louisette Bilongo, Jimas Josué Ametonou, Albert Sourou Oke, Tiburce Chetangni, Valentin Zedahouan, Moutaal Abdoul Abou et Augustin Kouévi Adjogou. Ils sont tous portés par lassociation LissangArt qui leur donne cette occasion d’exposition collective. Cette exposition fait suite à un atelier de deux semaines organisé par ladite association et conduit par la congolaise Gaëlle Louisette Bilongo, alias LouisArt. A travers les oeuvres exposées, plusieurs techniques dont la peinture acrylique, la peinture à huile, l’aquarelle, le pastel, la peinture à eau, le collage entre autres, se croisent, avec comme point d’intersection, « l’essence de la beauté ». Chaque artiste y est allé selon son style pour partager librement ses positions sur le thème de l’exposition. Même si l’appréciation change d’un artiste à un autre, il y a un fond commun qui renvoie au thème de l’exposition qui porte sur « l’essence de la beauté ». « Au travers de nos tableaux, nous idéalisons la beauté, une beauté destinée à toucher notre être intérieur « âme », une beauté destinée à transformer nos stéréotypes, nos inhibitions et nos préjugés, une beauté qui pousse au questionnement et à un changement de murs, » précise la note de présentation de ce collectif dartistes africains. Avec cette première exposition à Cotonou, lassociation LissangArt cherche plus à atteindre les esprits, quà nourrir les yeux comme elle le mentionne dans ses missions et objectifs en ces termes : « la diffusion duvres et de démarches artistiques qui entrent en dialogue avec la réflexion sur notre société et manière philosophique, sociologique, psychologique, anthropologique provoquant ainsi la stimulation de nos esprits ». Lexposition a lieu jusquau 31 juillet prochain. Présidée par Soucel Pressyeud NSouza, LissangArt uvre à donner de la visibilité à des talents africains encore sous le boisseau, selon les propos de LouisArt. A ses dires, il y a un ensemble dexpositions dans différents pays en vue, au profit de ces sept artistes qui exposent présentement à Cotonou. Le nombre dexposants pourra évoluer suivant les moyens de lassociation.

Photo de famille des artistes exposants avec au milieu, la congolaise Louisette Bilongo, la responsable de lexposition de LissangArt

Des passionnés de lart plastique en train de contempler les uvres des artistes

Encadré

Jimas Josué Amètonou, lart dans lâme

Conformément au thème de lexposition, il est loisible de remarquer un simple résumé de la beauté avec le style du jeune Jimas Josué Amètonou. Ses deux tableaux au Best Western plus Nobila sont lexpression de cette beauté plus intérieure quextérieure, même si le visage, pour ce jeune autodidacte, est ce miroir qui permet den apprécier. La beauté, comprend-t-on chez lui, est visiblement, cet ensemble détats dâme, de ressentiments qui se lisent avec lesprit et non les yeux. Chaque artiste dans la présente exposition réussi à établir entre son uvre et le visiteur, une communication plus spirituelle. A lâge 25 ans, Jimas est titulaire dun baccalauréat, série D, et dune Licence en Linguistique, (Anglais). Pour lui, la création artistique nest pas de concevoir pour plaire, mais plutôt de rendre unique linspiration de linstant précis. Passionné des couleurs, Jimas manipule celles-ci à sa guise pour donner vie à ses créations.

Lartiste Jimas Josué Amètonou en face de lune de ses œuvres en exposition, dénommée « né pour mourir »

A propos Journallindependant1

Check Also

Mondial 2018 : décou­vrez Live It Up, l’hymne offi­ciel de la Coupe du Monde par Will Smith et Nicky Jam

l’hymne offi­ciel de la Coupe du Monde 2018 vient d’être dévoilé. Avec à sa tête …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *