Home / Politique / Conseil des Ministres du 26 juillet 2018 L’exercice de la médecine en clientèle privée interdite pour les agents publics

Conseil des Ministres du 26 juillet 2018 L’exercice de la médecine en clientèle privée interdite pour les agents publics

Au nombre des décisions issues du conseil des ministres de ce jour, la suspension de délivrance d’autorisation et la révocation d’autorisation pour l’exercice en clientèle privée pour les agents publics fonctionnaires ou contractuels ;Il faut rappeler que la loi du 17 juin 1997, prévoit la possibilité d’autorisation d’exercice en clientèle privée pour les fonctionnaires de l’Etat. Des constats amers découlent de cette disposition. Le personnel du secteur public se retrouve, la plupart du temps, à exercer en privé sans autorisation préalable. Il s’agit surtout des hospitaliers ou hospitalo-universitaires qui consacrent peu de temps aux patients des hôpitaux publics pour lesquels ils sont payés par l’Etat. Ce qui amène les patients, par contrainte, au service des mêmes praticiens, indisponibles à l’hôpital mais présents pour l’offre des soins en privé. Le service public médical est transformé en un service marchand par des voies détournées. De fait, l’insuffisance parfois décriée des ressources humaines en santé apparaît fictive à maints égards. Le gouvernement a donc décidé de suspendre la délivrance des autorisations et de révoquer celles en cours jusqu’à nouvel ordre. Les agents concernés ont jusqu’au 30 août 2018 pour choisir de se consacrer à leurs activités privées ou de rester au service de l’Etat. Il s’agit surtout des hospitaliers ou hospitalo-universitaires qui consacrent peu de temps aux patients des hôpitaux publics pour lesquels ils sont payés par l’Etat. Ce qui amène les patients, par contrainte, au service des mêmes praticiens, indisponibles à l’hôpital mais présents pour l’offre des soins en privé. Le service public médical est transformé en un service marchand par des voies détournées. De fait, l’insuffisance parfois décriée des ressources humaines en santé apparaît fictive à maints égards. Le gouvernement a donc décidé de suspendre la délivrance des autorisations et de révoquer celles en cours jusqu’à nouvel ordre. Les agents concernés ont jusqu’au 30 août 2018 pour choisir de se consacrer à leurs activités privées ou de rester au service de l’Etat. Des contrôles seront effectués sur toute l’étendue du territoire national pour compter du 1er septembre 2018 afin de s’assurer de la mise en œuvre. Il est clair que l’assainissement du secteur de la santé se poursuit. Cette décision est la réponse à une doléance exprimée depuis fort longtemps par bon nombre de Béninois exaspérés par le comportement de certains agents publics de la santé qui sacrifient les patients sur l’autel de leurs intérêts privés en privilégiant les soins dans leurs cabinets privés.

A propos Journallindependant1

Check Also

Vers la règlementation de la grève au Bénin

Les députés membres de la commission des lois ont adopté, ce mercredi 29 août 2018, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *