Home / Politique / Mauvaise gestion de la filière coton par le clan yayi: Plus de 30 milliards FCFA non justifiés à la sonapra de 2013 à 2016( un véritable crime économique

Mauvaise gestion de la filière coton par le clan yayi: Plus de 30 milliards FCFA non justifiés à la sonapra de 2013 à 2016( un véritable crime économique

Le scandale SONAPRA révèle des secrets qu’on ne peut pas garder tout le temps sans informer le peuple béninois. En se référant au rapport d’audit, il ressort que )7 milliards FCFA de dépenses non justifiées entre 2013 et 2015. Ces dépenses portent notamment sur des frais de manutention de balles de coton fibres (plus de 3 milliards), des primes et indemnités versées à des comités et commissions créées dans le cadre des opérations des campagnes (près de 1,5 milliard) ; et des réfections de pistes cotonnières (plus d’un milliard). Des dépenses financées par des fonds mis à la disposition des Directions régionales de la SONAPRA, pour un montant de 31,782 milliards FCFA n’ont pu être justifiées puisque les pièces justificatives n’ont pu être fournies à la mission d’audit. Ces fonds se répartissent comme suit : 11,957 milliards pour la campagne 2013-2014, 12,605 milliards pour 2014-2015 et 7,220 milliards pour 2015-2016. Sous cette rubrique seule, une déperdition non justifiée de 40 milliards de francs CFA est notée. En conséquence, le rapport d’audit suggère qu’il convient de s’assurer de la régularité des dépenses effectuées et de rechercher la responsabilité des cadres qui ont organisé la gestion de ces fonds. Il s’agit d’un scandale non connu par le peuple béninois et il importe de partager sur toute l’étendue du territoire national car ce scandale n’a pas fini de révéler ses secrets. La justice béninoise devra donc traiter ce dossier pour que les personnes mises en cause puissent répondre de leurs actes. Ainsi, pour ceux qui, aujourd’hui, sont couverts par une immunité, qu’ils soient députés ou anciens ministres, ils devraient, pour leur honneur, se mettre volontairement à la disposition de la justice afin de donner une chance aux enquêtes et à la procédure d’aboutir. Cela est à souhaiter car on sait que ces députés et anciens ministres comptent généralement sur l’arithmétique politique à l’Assemblée pour ne pas être inquiétés. Or, vu la gravité des faits évoqués par le rapport, se réfugier derrière une quelconque immunité, c’est empêcher la justice de fonctionner normalement, c’est admettre toutes les supputations qui pourront ensuite être entretenues à leur encontre. Le gouvernement ne doit pas hésiter à diffuser les autres audits, car rien qu’à considérer le cas SONAPRA, on se fait une idée de ce qu’a pu être la gouvernance de certaines grosses structures sous le régime défunt.

Joël M. ZINSALO

A propos Journallindependant1

Check Also

Activité politique en faveur du gouvernement de la rupture: Adidjatou Mathys et Robert Gbodjinou portent la Cbr pour la réussite du Pag

Une première sortie politique officielle marquée par une forte mobilisation malgré la pluie battante sur …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *