Breaking News
Home / La Une du jour / Projet d’amendement à la constitution au Parlement: La haine envers Talon, seule motivation du rejet

Projet d’amendement à la constitution au Parlement: La haine envers Talon, seule motivation du rejet

Par un vote de 62 pour et 19 contre, les députés ont rejeté les amendements à la constitution proposés par le bloc de la majorité parlementaire. Un vote qui à en croire les spécialistes, ouvre la porte au référendum. Mais une première analyse, montre à quel point , la minorité parlementaire, en opposition au Président Talon, se raidit dans une méchanceté grave envers le pays.
La démocratie béninoise est en péril, pas du fait qu’elle est menacée par les gouvernants mais, elle laisse place à l’anarchie notamment au sein de l’hémicycle. Il est de plus en plus évident que certains députés n’ont pas en l’esprit l’intérêt supérieur du pays mais plutôt se végètent dans la politique politicienne. Le jeudi dernier encore, 19 d’entre eux ont donné l’illustration de leur mauvaise foi envers le pays. Ils ont empêché avec fierté le pays de passer à une autre étape de son histoire en rejetant les amendements à la constitution proposés par 62 d’entre eux. Et il faut consulter l’exposé des motifs et le contenu des amendements proposés pour convenir que contrairement à ce que la minorité affirme, il n’y avait aucun piège dans ce projet. Il ne serait pas inutile de publier à nouveau ce projet assorti de l’exposé des motifs. Pour en revenir au vote de jeudi dernier, il est à noter et à souligner que ce vote traduit bien une victoire de la majorité parlementaire qui est passée de 60 députés en avril 2017, à 63 actuellement (moins le député PRD décédé). Donc 62/82. A en croire les députés du Bmp, ce n’est pas à l’occasion de ce vote que ATAO est passé à la mouvance. Il y était déjà avant même que d’avoir des soucis avec la justice dans l’affaire de trafic, détention et vente de faux médicaments, puis fraudes douanières. C’est donc un mauvais raccourci que prennent ceux qui veulent faire croire que c’est à l’occasion qu’il aurait été contraint de délivrer procuration. L’opposition est passée à côté d’une occasion en or de montrer son attachement à la République, à la promotion des femmes… Car, la vocation de cet amendement constitutionnel, c’est bien de favoriser une meilleure représentation des femmes dans les instances de décisions, de consacrer l’abolition de la peine de mort, d’instituer la Cour des Comptes pour un meilleur contrôle de la gestion des ressources publiques ; puis de favoriser l’organisation d’élections groupées. C’est ce qui justifie d’ailleurs l’Article 156 bis-1 qui dispose que « Nonobstant les dispositions de l’article 80, les députés sont élus en 2019 pour un mandat de sept (7) ans en vue de l’organisation d’élections groupées à partir de 2026. » Mais c’est justement cet article que brandira la minorité pour prétexter d’un piège visant à ne pas organiser la présidentielle de 2021 !!! Il convient de dénoncer la mauvaise foi, la myopie de la minorité qui n’a pour idéologie que de faire échouer TALON. Autrement, si tant est qu’elle soupçonne un flou dans cet article, il lui était loisible de l’amender. Ce ne fut pas le cas. Ainsi, autant on pouvait comprendre sa méfiance, sa réserve au moment du vote pour la recevabilité de la proposition, autant après les débats au fond qui ont permis de voir que la majorité n’avait aucun plan caché visant à introduire d’autres dispositions dans le texte au moment des débats, on ne peut comprendre qu’elle refuse de s’associer aux auteurs pour faire valider l’amendement. Par cette attitude, une révision directe n’a pas été possible. Il faudra aller au référendum. A cet effet, il faut mettre en lumière ce que serait l’attitude de l’opposition le moment venu. Osera-t-elle soutenir qu’elle est contre le contenu des amendements proposés ? Car rappelons que ce comportement de la minorité exigera que l’on débourse des milliards FCFA pour l’organisation d’un référendum, avant d’aller aux législatives pour dépenser encore autant de milliards. Au total, il faut se demander si les acteurs de cette minorité mettent le pays en tête de leurs priorités ou s’ils n’ont d’autre perspective que de se réjouir de bloquer TALON, de ralentir la mise en œuvre de son programme. En un mot, leur idéologie et leur programme politique c’est la haine envers Talon !

A propos Journallindependant1

Check Also

La Une du mercredi 3 octobre 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *